Nos conseils pour bénéficier de la prime pour la rénovation énergétique de votre bien immobilier

prime pour la rénovation énergétiqueIl existe des milliers de raisons qui poussent les gens à entamer des travaux énergétiques. Il s’agit de : l’augmentation inexpliquée du prix de l’énergie, l’envie de vivre dans une maison confortable, les préoccupations environnementales et bien évidemment les avantages fiscaux qui sont rattachés.

Le crédit impôt CITE

Cette forme d’aide permet aux locataires ainsi qu’aux propriétaires d’un établissement de déduire leurs impôts jusqu’à 30 % des sommes consacrées à la rénovation énergétique de leurs résidences.

Si jamais la somme totale des travaux dépasse le montant de leurs impôts, ces derniers seront tout de même remboursés. En général, ce sont le remplacement de la chaudière, des pôles à bois, de la pompe à chaleur et des travaux d’isolation qui sont concernés.

L’écoprêt à taux zéro

Cette subvention peut atteindre les 10 000 à 30 000 € sans intérêts. Cet argent peut financer tous les travaux d’économie d’énergie au sein d’un établissement à condition qu’il soit construit avant 1990.

Pour l’obtenir, il suffit de contacter un organisme financier qui a signé une convention avec l’État. Vous avez le choix entre : Crédit Mutuel, Banque Postale, Crédit Agricole et Caisse d’Épargne. Vous bénéficiez de ce prêt bancaire si vous réalisez une seule opération de travaux éligible.

L’Agence Nationale de l’Habitat (Anah)

Le programme « Habiter mieux sérénité » finance de nombreux bouquets de travaux qui permettent de gagner au moins 25 % d’économie énergétique. Les propriétaires occupants pilotent alors deux aides d’un montant varié entre 7 à 10 000 €.

Par contre, le dispositif « Habiter mieux agilité » subventionne uniquement le remplacement de la chaudière ainsi que de l’isolation des murs et des combles. Elles sont toutes les deux soumises suivant vos ressources personnelles.

Faire appel aux services d’un professionnel RGE

Avoir recours à des artisans RGE est une étape indispensable pour bénéficier des aides financières énoncées ci-dessus. Pour monter vos dossiers en suivant les règles et de prévoir en même temps le budget adéquat aux travaux, essayez de chiffrer vos projets de rénovation énergétique en réalisant au moins 3 devis pour chaque travail. Ainsi, vous aurez des prix plus bas par une mise en concurrence.

N’hésitez pas à utiliser les applications de devis en ligne pour avoir plusieurs propositions. Ces outils sont complètement gratuits et sans engagement. Grâce à cela, vous pouvez choisir aisément l’artisan qui répond mieux à vos attentes.

Les réflexes à adopter pour éviter les fraudes

Tous les ans, de nombreux foyers entament des travaux de rénovation énergétique. Étant donné que ce marché est très en vogue en ce moment, il y a certaines entreprises peu scrupuleuses vis-à-vis des consommateurs. Beaucoup de propriétaires ont été abusés avec un devis inexplicable, des crédits camouflés, des labels de qualité mensongers ou encore la réalisation des prestations non conformes.

Pour éradiquer ce malheur, la Direction de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a mené des enquêtes auprès des entreprises ou artisans professionnels qui réalisent des travaux de rénovation énergétique.

Ne jamais signer un engagement quand une société vient démarcher

Pour vous prémunir contre les professionnels douteux, ne signez jamais un contrat lorsque l’entreprise vient directement vers vous. Accordez-vous un temps de réflexion et de compréhension en vérifiant bien toutes les informations qui vous ont été transmises. Faites une petite enquête sur l’identité du professionnel qui vous a parlé et des données chiffrées avancées.

Méfiez-vous des entreprises qui prétendent avoir un mandant venant d’un organisme public. Sachez que les services publics ne démarchent jamais par téléphone, au domicile et même sur internet.

Enfin, avant de signer quoi que ce soit, lisez bien l’intégralité du document. Au cas où vous avez signé et que vous regrettez votre geste, faites valoir vos droits à la rétraction prévue par la loi dans un délai de 14 jours.

Faire de l’isolation une priorité

Environ 30 % de la chaleur au sein de la maison s’évapore au niveau d’une toiture mal isolée. L’isolation de cette dernière s’avère être une priorité, surtout s’il s’agit d’un logement individuel. Pour réparer les combles, mettez deux épaisseurs croisées de verre et de laine. Mais vous pouvez aussi utiliser les flocons isolants soufflés.

La seconde cause de l’évaporation de la chaleur vient des murs, pour 25 % environ. De ce fait, placez de la laine isolante et du placoplâtre sur les murs intérieurs. C’est la solution la plus abordable (50 à 100 euros/m²).

Cependant, il faut refaire toute la décoration et de déménager des pièces à rénover. Vous avez aussi une autre alternative, celle d’isoler les murs par l’extérieur afin d’éviter ces désagréments. Mais, cette solution est plus onéreuse (200 euros/m²).

Modifier les fenêtres et la ventilation

Pour avoir plus de confort dans votre maison, pensez à remplacer les portes extérieures ainsi que les fenêtres. Ainsi, vous n’aurez plus de fuite thermique. Les huisseries stoppent les courants d’air et les bruits extérieurs. Optez pour une VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) pour combattre l’humidité.

Après avoir lu ces 8 conseils, vous pourrez bénéficier de la prime énergie isolation et réaliser les travaux suivant les normes requises.

The following two tabs change content below.
Sonya

Sonya

Sonya, cette jeune maman, vous parlera de sa passion pour les loisirs créatifs. Elle vous livrera également quelques astuces simples d’art de vivre qui vous permettront d’harmoniser votre vie quotidienne à la maison. N’hésitez pas à réagir à ses publications ou bien à prendre contact si vous avez également des astuces à partager.



Ajouter un commentaire