Cinq erreurs communes lors de la vente de sa maison

CourtierLa vente d’une résidence est probablement l’une des transactions financières les plus importantes que vous ferez de votre vie, que vous ayez participé à la construction de la maison ou non. C’est pourquoi il importe de la réussir si vous ne voulez pas voir fondre toutes vos économies.
Voici quelques erreurs à éviter lorsque vous tenterez de vendre votre maison!

1) Demander un montant trop élevé

Cette erreur est probablement l’une des plus fréquentes. Il est parfois préférable de sous-évaluer légèrement le prix de votre propriété pour que davantage d’acheteurs s’y intéressent et que vous n’ayez pas à continuer de payer l’hypothèque si elle reste trop longtemps sur le marché. Les intéressés pourraient alors s’engager dans une bataille d’offres et faire augmenter le montant plus près de celui que vous envisagiez. Un évaluateur agréé pourra vous donner l’heure juste quant à la valeur marchande réelle de votre résidence.

2) Ne pas tenir compte du voisinage

Avant de mettre en vente, essayez de savoir si vos voisins ont vite vendu, si d’autres habitations comparables à la vôtre sont à vendre, si les prêts hypothécaires disponibles sont abordables. Une propriété est plus désirable si le quartier est en demande, mais qu’il y a moins de concurrence au moment de la vente.
Il faut aussi tenir compte du voisinage si vous comptez faire d’importantes rénovations. C’est que vous pourriez ne pas récupérer tout l’argent investi. Par exemple, si une cuisine ou une salle de bain plus luxueuse détonne par rapport à celles d’autres maisons du quartier, la valeur ajoutée sera presque inexistante. Au contraire, si elles semblent beaucoup plus modernes que la vôtre, une mise à niveau pourrait être souhaitable.

Or, il ne sert à rien de faire tellement de rénovations que vous aurez l’impression de procéder à la construction d’une maison toute neuve. Certains changements peu dispendieux sont parfois bien plus profitables. Selon l’enquête RENOVA, peinturer l’intérieur ou l’extérieur de votre maison avec des tons neutres pourrait vous faire récupérer entre 50 % et 100 % des sommes injectées.

Un évaluateur agréé vous épargnera des dépenses inutiles en estimant quels travaux sont nécessaires ou pertinents pour augmenter ou maintenir la valeur marchande de votre résidence.

3) Négliger vos photos

Les photos de votre résidence sont votre principal argument de vente. Les premières impressions sont tenaces. Près de 95 % des acheteurs débutent leurs recherches sur Internet. S’ils n’aiment pas vos images, ils ne viendront jamais visiter votre demeure en personne, même si elle correspond à leurs critères de recherche. Évitez donc les photos floues, sombres ou prises dans un mauvais angle.

4) Valorisation immobilière incomplète

Si vous procédez à la valorisation immobilière de votre propriété (home staging), faites-le pour tout le logement de façon uniforme afin d’éviter qu’un visiteur passe de pièces d’allure sophistiquée à des pièces vides. Si votre budget est restreint, misez au moins sur le rez-de-chaussée et débarrassez les autres étages des effets personnels et des traîneries.

5) Absence de rapport d’inspection

Obtenir un rapport d’un inspecteur en bâtiment (ingénieur, architecte ou technologue) vous sera très utile lors des négociations avec des acheteurs potentiels. Il montrera que votre propriété est en règle et sans vice caché. Si des corrections sont nécessaires, vous pourrez alors soit y remédier, soit réduire votre prix, ou encore vendre à un prix normal et offrir une réduction à l’acheteur intéressé.

(Sources : L’actualité, CAA Québec, Proprio Direct, Protégez-Vous, Institut canadien des évaluateurs, CAA-Québec, Publimaison)

The following two tabs change content below.
andy

andy

Andy, artisan dans le bâtiment, vous fera profiter de ses expériences. Il vous partagera quelques astuces en bricolage, des idées de décoration, d’aménagement d’intérieur ou d’extérieur, ainsi que des conseils liés à la sécurité de la maison.



Ajouter un commentaire